de 9h à 18h

lundi - Vendredi

26 rue du Petit Parc

33200 BORDEAUX - Fr

+33 953 606 164

contact@baronimmo.fr

Comparer les annonces

Les types de banques

L’ensemble des banques, chapeauté par la banque centrale, forme le système bancaire d’une zone monétaire.

On distingue ainsi différents types de banques selon leur rôle et suivant leur actionnariat.

–> La Banque Centrale, comme la Banque Centrale Européenne, a pour rôle :

– De réglementer et superviser les opérations des différentes banques, en veillant notamment à leur solvabilité à l’égard des déposants.

– De superviser la production de monnaie par ces banques, et d’en réguler l’usage par le biais des taux d’intérêt directeurs. La théorie économique y voit un moyen de réguler la croissance, via l’incitation à l’épargne ou à la consommation, et d’agir sur l’inflation.

–> Les banques de dépôt (commercial banks) travaillent essentiellement avec leurs clients, particuliers, professionnels et entreprises, reçoivent des dépôts, accordent des prêts et sont traditionnellement organisées en deux départements :

Les banques de détail, (retail banks) destinées aux particuliers, aux professionnels et aux PME (petites et moyennes entreprises).

Les banques d’affaires, (wholesale banks) destinées aux moyennes et grandes entreprises.

–> Les banques d’investissement (investment banks) travaillent essentiellement sur les marchés financiers (opérations de trading). De plus en plus, les banques de détail et d’investissement sont de simples filiales de groupes bancaires diversifiés, qui souvent s’occupent aussi d’assurance et d’autres activités financières.

–> Les banques de détail sont généralement soit mutualistes soit commerciales :

Une banque mutualiste : système très développé en Europe continentale. La banque est détenue par ses sociétaires, qui sont souvent ses clients. C’est un régime qui provient de l’esprit coopératif initié notamment par le milieu agricole.

Une banque coopérative : la distinction entre « coopérative » et « mutuelle » est plus une différence d’appellation et de structure juridique qu’une différence sur le type d’activité. Elle repose sur le principe démocratique « un Homme, une voix » pour les prises de décision, les salariés ou usagers sont ainsi égaux en droit.

Les banques commerciales sont des sociétés dont le capital est détenu par des actionnaires et qui sont généralement cotées en Bourse.

– Il existe néanmoins des systèmes mixtes de banques mutualistes ayant une partie de leur capital sous forme d’actions cotées en bourse. C’est le cas en France du Crédit Agricole.

Enfin, il existe des banques spécialisées dans un segment d’activité spécifique, souvent issues d’une ancienne règlementation spécifique :

• banques spécialistes du crédit à la consommation
• banques spécialisées dans la gestion de fortune
• banques spécialisées dans le crédit immobilier
• banques spécialisées dans le crédit-bail aux entreprises
• banques spécialisées dans le financement d’une activité économique particulière (agriculture, cafés-restaurants, commerce de l’art, pétrole…)

 

 

 

img

Edouard BARON

Articles Similaires

La lutte contre le blanchiment des capitaux

--> Les lois et règlement en vigueur en France En France, les banques sont tenues d’effectuer des déclarations de soupçon pour tout mouvement de capitaux pouvant provenir : • du trafic de stupéfiants (loi de 1990), • d’activités criminelles organisées (loi de 1993),

continuer la lecture
par Edouard BARON

Le secret bancaire

--> Les principes Toute personne qui participe à la gestion d'un établissement de crédit ou qui est employé par celui-ci, est tenue au secret professionnel. La violation de cette obligation est passible de sanctions pénales. En outre, la banque peut se voir condamnée à des dommages-intérêts au profit des personnes qui auraient subi un préjudice du fait de cette indiscrétion.

continuer la lecture
par Edouard BARON

Les responsabilités du banquier

--> Généralités Le banquier peut voir sa responsabilité engagée par ses clients ou par des tiers. La condamnation aux dommages-intérêts suppose la réunion de trois éléments fondamentaux : la constatation d'un dommage, l'existence d'un fait générateur qui est le plus souvent une faute professionnelle, le lien de causalité entre le préjudice et l'acte fautif.

continuer la lecture
par Edouard BARON

Rejoignez la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.