de 9h à 18h

lundi - Vendredi

26 rue du Petit Parc

33200 BORDEAUX - Fr

+33 953 606 164

contact@baronimmo.fr

Comparer les annonces

Les accords de Bâle et le ratio Cooke

En 1988, le Comité de Bâle, composé des gouverneurs des banques centrales de 13 pays de l’OCDE publie les premiers «Accords de Bâle», ensemble de recommandations dont le pivot est la mise en place d’un ratio minimal de fonds propres par rapport à l’ensemble des crédits accordés, le ratio Cooke.

Ainsi sont définies les notions :

• fonds propres réglementaires
• ensemble des engagements de crédit

Ces deux notions étant rigoureusement précisées par rapport à un système comptable (comptes concernés, pondérations éventuelles).

Le rapport des deux valeurs ne doit alors pas être inférieur à 8 % dans les propositions des Accords de Bâle.

Il est à noter qu’il ne s’agit que de recommandations, charge à chaque État membre (et à tout autre État intéressé) de les transposer dans son droit interne.

Ainsi, en France est appliqué depuis le 1er janvier 1993 le ratio de solvabilité européen (directive 89/647/CEE du 18 décembre 1989), traduite dans le droit français par le règlement 91-05 du Comité de la réglementation bancaire et financière et l’instruction 91-02 de la Commission Bancaire.

Les accords de Bâle sont actuellement appliqués dans plus d’une centaine de pays.

 

 

 

img

Edouard BARON

Articles Similaires

La lutte contre le blanchiment des capitaux

--> Les lois et règlement en vigueur en France En France, les banques sont tenues d’effectuer des déclarations de soupçon pour tout mouvement de capitaux pouvant provenir : • du trafic de stupéfiants (loi de 1990), • d’activités criminelles organisées (loi de 1993),

continuer la lecture
par Edouard BARON

Le secret bancaire

--> Les principes Toute personne qui participe à la gestion d'un établissement de crédit ou qui est employé par celui-ci, est tenue au secret professionnel. La violation de cette obligation est passible de sanctions pénales. En outre, la banque peut se voir condamnée à des dommages-intérêts au profit des personnes qui auraient subi un préjudice du fait de cette indiscrétion.

continuer la lecture
par Edouard BARON

Les responsabilités du banquier

--> Généralités Le banquier peut voir sa responsabilité engagée par ses clients ou par des tiers. La condamnation aux dommages-intérêts suppose la réunion de trois éléments fondamentaux : la constatation d'un dommage, l'existence d'un fait générateur qui est le plus souvent une faute professionnelle, le lien de causalité entre le préjudice et l'acte fautif.

continuer la lecture
par Edouard BARON

Rejoignez la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.