de 9h à 18h

lundi - Vendredi

26 rue du Petit Parc

33200 BORDEAUX - Fr

+33 953 606 164

contact@baronimmo.fr

Comparer les annonces

La directive M.I.F.

La directive européenne sur les marchés d’instruments financiers (MIF) et ses impacts sur la gestion de la relation clientèle auprès de quelques 25 prestataires de services d’investissement (PSI) toutes catégories confondues (banque de détail, banque de financement et d’investissement, banque privée, asset management, métiers titres et intermédiation), entre en vigueur le 01 novembre 2007.

Cette nouvelle directive modifie d’une part les conditions opérationnelles et juridiques de l’offre de service d’investissement et, d’autre part, la structure même des marchés financiers en mettant en concurrence plusieurs lieux de négociation. Cette mesure a pour but d’augmenter la concurrence et ainsi d’accroître les choix possibles pour les investisseurs, de réduire les coûts de transactions et d’améliorer l’efficience du processus de formation des prix sur une base paneuropéenne.

Par ailleurs, la relation clientèle va également s’en trouver modifiée. La directive met en place un dispositif fondé sur une segmentation de la clientèle qui prévoit une application différenciée des règles de conduite selon la nature du client.

Les PSI devront s’assurer de la bonne adéquation du service et des produits offerts aux clients. Une disposition qui induit une procédure renforcée d’évaluation de ces derniers.

Les moyens de surveillance des autorités de marchés seront également étendus.

 

img

Edouard BARON

Articles Similaires

La lutte contre le blanchiment des capitaux

--> Les lois et règlement en vigueur en France En France, les banques sont tenues d’effectuer des déclarations de soupçon pour tout mouvement de capitaux pouvant provenir : • du trafic de stupéfiants (loi de 1990), • d’activités criminelles organisées (loi de 1993),

continuer la lecture
par Edouard BARON

Le secret bancaire

--> Les principes Toute personne qui participe à la gestion d'un établissement de crédit ou qui est employé par celui-ci, est tenue au secret professionnel. La violation de cette obligation est passible de sanctions pénales. En outre, la banque peut se voir condamnée à des dommages-intérêts au profit des personnes qui auraient subi un préjudice du fait de cette indiscrétion.

continuer la lecture
par Edouard BARON

Les responsabilités du banquier

--> Généralités Le banquier peut voir sa responsabilité engagée par ses clients ou par des tiers. La condamnation aux dommages-intérêts suppose la réunion de trois éléments fondamentaux : la constatation d'un dommage, l'existence d'un fait générateur qui est le plus souvent une faute professionnelle, le lien de causalité entre le préjudice et l'acte fautif.

continuer la lecture
par Edouard BARON

Rejoignez la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.